Entrepreneur

Si tu souhaites devenir entrepreneur, tu es au bon endroit ! Sur cette page, tu sauras tout au sujet de l’entrepreneuriat. Suis le guide !

Sommaire :

Entrepreneur : de quoi s’agit-il ?

Le terme « entrepreneur » désigne la personne qui crée une entreprise. Il s’agit le plus souvent d’une personne très impliquée dans son projet, qui n’hésite pas à s’investir personnellement pour réussir son projet d’entreprise. Elle se distingue souvent par sa capacité à prendre des risques et est généralement dotée d’une forte personnalité.

Parmi les entrepreneurs célèbres, on peut notamment retrouver Marc Zuckerberg (fondateur de Facebook), ou encore Steve Jobs (fondateur d’Apple).

Entrepreneur
Définition entrepreneur

Comment devenir entrepreneur ?

Qui peut devenir entrepreneur ?

A priori, toute personne ayant l’envie de lancer sa propre entreprise peut devenir entrepreneur. En pratique, le profil est généralement composé des caractéristiques suivantes :

  • La passion : l’entrepreneur est passionné par son métier et son entreprise, il est motivé pour tout faire pour vivre de sa passion
  • L’ambition : l’entrepreneur se concentre sur le développement de son projet d’entreprise sur la durée, il voit loin et grand
  • La prise de risque et la confiance en soi : entreprendre comporte des risque d’échec, mais un entrepreneur aguerri a confiance en lui et en son projet
  • La persévérance : l’entrepreneur se laisse pas intimider par les obstacles et persévère jusqu’au bout
  • Le leadership : pour devenir un chef d’entreprise, l’entrepreneur doit savoir motiver ses salariés, être fédérateur, inspirant et visionnaire

Quel statut juridique choisir pour son entreprise ?

Tu souhaites monter ton entreprise ? Sache que chaque statut a ses avantages et inconvénients, et que tu dois murement réfléchir à ton projet avant de lancer ton entreprise.

En effet, tu vas choisir ton statut selon :

  • Le nombre de personnes dans l’entreprise
  • Le montant de ton patrimoine, ainsi que celui de tes associés s’il y en a
  • La taille du projet et le montant d’investissement requis
  • Le régime social
  • Le régime fiscal

Ensuite, tu as le choix entre différents statuts d’entreprise :

Après avoir défini ton statut d’entreprise, il te faudra simplement déposer un dossier de création d’entreprise au Centre de Formalités des Entreprises. C’est celui-ci qui te fournira l’immatriculation de ton entreprise (numéros de SIREN et SIRET). Pour la micro-entreprise, c’est encore plus simple : tout peut se faire directement en ligne sur le site de l’URSAFF.

Cumuler chômage (ou RSA) avec l’entreprise

Lors du lancement de ton activité, il se peut que les premiers mois soient difficiles financièrement. Bonne nouvelle pour les résidents français ayant eu un emploi salarié auparavant : il est possible sous certaines conditions de cumuler l’ARE (l’allocation chômage) avec tes revenus d’entreprise !

Pour ce faire, tu dois respecter certaines conditions :

  • Avoir cumulé une période de travail salarié de 88 jours minimum, ou 610 heures, au cours des 28 derniers mois
  • Déclarer tes revenus d’entreprise chaque mois lors de ton actualisation Pole Emploi, afin de permettre le calcul du montant de tes ARE
  • Tes revenus (ARE + entreprise) doivent être inférieurs à ton salaire journalier de référence, qui a été calculé en fonction des revenus que tu percevais lors de ton précédent emploi salarié

Par ailleurs, si tu ne disposes pas d’allocations chômage, tu peux, sous certaines conditions, bénéficier du RSA (Revenu de Solidarité Active) lors de ton lancement d’entreprise. Cependant, tu dois remplir les conditions suivantes :

  • Être éligible au RSA (dépendamment de ton âge, de tes ressources financières et de ta nationalité)
  • Être autoentrepreneur et n’employer aucun salarié
  • Avoir un chiffre d’affaires annuel inférieur aux plafonds autoentrepreneur (170 000€ pour les activités commerciales, et 70 000€ pour les activités libérales et les prestations de services)

A noter que le montant de ton RSA sera ajusté après 4 mois d’activité, en fonction de ton chiffre d’affaires : il prendra alors la forme d’une prime d’activité. Cette prime sera plus ou moins importante selon ton chiffre d’affaires, et sera ajustée tous les 3 mois. Tu devras donc effectuer une déclaration trimestrielle de tes revenus à la CAF, afin de ne pas stopper le versement de cette aide. Il s’agit donc d’un complément idéal en cas de baisse d’activité, qui te permettra de traverser plus aisément une période difficile financièrement.

Entrepreneur : les bonnes questions à te poser absolument avant de te lancer

Avant de lancer ton entreprise, quel que soit ton projet et le statut que tu choisiras, tu dois te poser les bonnes questions. Voyons ensemble les choses à faire absolument pour réussir son projet d’entreprise !

Etape 1 : Trouver une bonne idée

Le parcours d’entrepreneur est un monde concurrentiel. Si tu trouves une bonne idée de service ou de produit, tu auras bien plus de chance de réussir et de surpasser tes concurrents !

Etape 2 : Faire des recherches sur le marché

Une fois que tu as une bonne idée de service ou de produit, il faut que tu détermines s’il y a une demande pour celui-ci ! N’hésite pas à rechercher un maximum d’informations et à questionner ton marché. De plus, conduire une étude de marché est une partie essentielle de ton business plan, que nous te conseillons de produire si tu souhaites séduire des investisseurs et partenaires potentiels !

Etape 3 : Déterminer les risques

L’entrepreneuriat est un jeu risqué ! Avant de te lancer, prend le temps d’évaluer les biens, l’énergie et le temps que tu peux investir dans ton entreprise. Pense également à évaluer le temps que tu peux consacrer à ton activité sans qu’elle ne dégage de revenus. En effet, un lancement d’activité dégage rarement des bénéfices conséquents dès les premiers mois.

Etape 4 : Rédiger un business plan

Le business plan est un document décrivant en détail l’activité de ton entreprise, avec une description de ton service ou produit, une analyse du marché, la stratégie marketing et commerciale, ainsi qu’une projection financière sur les 3 ans à venir. Il s’agit d’un document indispensable si tu as besoin d’attirer des investisseurs !

Etape 5 : Préparer un pitch

Le pitch est un argumentaire de 30 secondes à 1 minute maximum, que tu pourrais faire dans un ascenseur (il vient en effet du terme anglais « elevator pitch »). Cet argumentaire doit être suffisamment concis et informatif pour te présenter, introduire ton entreprise, et défendre pourquoi ton interlocuteur pourrait être intéressé par ton produit ou service. En bref, il te faut capter rapidement l’attention de ton audience afin de les convaincre de l’intérêt de ton idée !

Etape 6 : Préparer une présentation PowerPoint

Une fois ton business plan et ton pitch réalisés, nous te conseillons également de créer une présentation PowerPoint. Cela te permettra de résumer ton plan d’affaires. Dans l’idéal, tu dois pouvoir le présenter en 15 à 20 minutes à tes investisseurs et partenaires potentiels. Bien entendu, celui-ci doit être soigné, tant dans la forme que dans le fond. L’objectif : les séduire à ton idée de projet d’entreprise !

Entrepreneur : quelles différences avec le salarié ?

L’entrepreneur dispose de davantage de libertés comparé au salarié, c’est pourquoi le statut d’autoentrepreneur séduit de plus en plus de personnes. En effet, libre à lui d’organiser son temps de travail comme bon lui semble. Cependant :

  • Il est responsable juridiquement de ses actes professionnels, il lui est donc particulièrement recommandé de contracté une assurance couvrant les risques liées à son activité professionnelle
  • Il doit procéder à des formalités administratives : enregistrement au registre national des entreprises, au répertoire des métiers ou bien au registre du commerce et des sociétés
  • Il est affilié à la Sécurité Sociale des Indépendants et bénéficie d’une couverture maladie similaire à celle des salariés (à l’exception des accidents de travail et indemnités journalières), mais ses droits à la retraite sont conditionnés à la réalisation d’un chiffre d’affaires annuel minimum
  • Il paye des charges sociales, dont le taux de cotisations est appliqué directement sur son chiffre d’affaires
  • Il est redevable de la cotisation foncière des entreprises (CFE), dont le montant varie en fonction notamment de la valeur locative des biens immobiliers qu’il utilise pour son activité, avec une cotisation minimale exigée
  • Sa rémunération dépend de son résultat (c’est-à-dire, la différence entre son chiffre d’affaires et ses charges), et en cas de chiffre d’affaire faible, elle peut être négative : son activité professionnelle peut ainsi lui coûter de l’argent plutôt que lui en rapporter
  • Ses frais professionnels sont à sa charge, et ne peuvent pas être déduits : il convient de les intégrer à la facture du client afin de ne pas perdre d’argent
  • Depuis fin 2019, il peut bénéficier d’une allocation chômage indépendant, mais sous certaines conditions strictes. Il doit justifier notamment d’une activité non salariée pendant une période ininterrompue de 2 ans au minimum, avec des revenus supérieurs ou égaux à 10 000 euros / an, et en justifiant du terme de cette activité (liquidation judiciaire). Pour plus d’informations à ce sujet, nous t’invitons à consulter le site legifrance