Le RIB : Relevé d’Identité Bancaire

Le RIB, ou Relevé d’Identité Bancaire, est le document (généralement sous format papier ou PDF) qui permet d’identifier de façon unique un compte bancaire français.

Tu peux ainsi, si tu le communiques, autoriser des tiers à opérer des prélèvements sur ton compte (pour régler des abonnements, des impôts, etc.). À l’inverse, si tu as reçu celui de quelqu’un d’autre, tu peux transférer directement de l’argent vers le compte de ce tiers (par exemple pour payer un achat important ou régler ton loyer).

Qu’est-ce que le RIB ?

Le principe du RIB

Le Relevé d’Identité Bancaire, qui peut également être baptisé RIP (Relevé d’Identité Postal) ou RICE (Relevé d’Identité de Caisse d’Épargne) en fonction de l’organisme bancaire concerné, est à un compte bancaire ce que la plaque minéralogique est à une voiture : c’est un identifiant unique et non ambigu, qui permet de retrouver précisément le compte concerné. Le but ici n’est pas d’affecter une contravention, mais un paiement (débit ou crédit suivant les cas).

Le RIB à l’ancienne, au format franco-français

Le relevé comprend l’identification du titulaire du compte (nom et prénom pour une personne physique, raison sociale pour une personne morale c’est-à-dire une société ou une association), celle de la banque où il se trouve (nom de la banque et ville) et surtout l’identification précise du compte :

  • code banque : 5 chiffres identifiant la banque (par exemple 30003 désigne la Société Générale, 30004 correspond à BNP Paribas, etc.),
  • code guichet ou agence : 5 chiffres identifiant l’agence ou la sous-agence au sein de la banque,
  • numéro de compte codé sur 21 caractères (alphabétiques et/ou numériques),
  • clé RIB : 2 chiffres de contrôle.

La clé RIB est un code redondant par rapport au reste de l’identification du compte : les systèmes informatiques des banques peuvent ainsi vérifier la cohérence de cette clé RIB avec les données, ce qui limite le risque d’erreur entre comptes (puisqu’il n’y qu’une chance sur cent en se trompant de retomber sur la bonne clé RIB).

Le RIB new look, au format européen

La mise en place de la zone SEPA (acronyme de Single Euro Payments Area, soit zone unique de paiements en euros) a conduit à rajouter un nouveau système d’identification pan-européen.

Le RIB comprend désormais deux zones complémentaires, valables dans toute la zone Euro et nécessaires au fonctionnement des virements SEPA. Ces deux champs sont :

  • l’IBAN, ou International Bank Account Number, identifiant le compte : un code de 27 caractères, dont les deux premiers sont systématiques FR (comme France) pour les comptes bancaires français,
  • le BIC, ou Bank Identifier Code : un libellé de 8 ou 11 caractères caractérisant la banque.

L’intérêt de ces nouvelles zones est qu’elles permettent de procéder à un virement ou un paiement transfrontalier, au sein de la zone Euro, aussi facilement qu’en France : il est par exemple possible de régler un achat en Italie ou un fournisseur en Allemagne en quelques clics, alors que précédemment c’était une opération complexe et coûteuse.

Comment obtenir son RIB ?

Le RIB papier

Chaque carnet de chèque comprend normalement un ou deux RIB, situés généralement à la fin du carnet. Il suffit de les détacher pour les utiliser – si on a besoin de plus de RIB que ceux fournis ainsi, on peut tout simplement les photocopier : il s’agit juste d’un relevé papier, qui ne vaut que par les informations qu’il contient.

Alternativement, il est possible de se rendre dans son agence pour demander l’impression d’un Relevé d’Identité Bancaire. C’est un peu fastidieux et ne va pas forcément enchanter l’agent de guichet à qui on va s’adresser, mais en cas d’urgence cela peut dépanner…

Le RIB électronique

Toutes les banques proposent désormais une formule « banque en ligne », permettant de se connecter à son compte pour les opérations courantes. C’est même parfois pour certaines banques dématérialisées (telles que la banque mobile N26) la principale possibilité de réaliser de telles opérations.

Si tu as accès à ton compte en ligne, il y a toujours quelque part un lien du style Imprimer un RIB. Il faut parfois le chercher, mais une fois que tu l’as trouvé, cela permet de télécharger un fichier au format PDF que tu pourras ensuite soit imprimer soit transmettre.

À qui donner son RIB ?

Des informations sensibles à ne pas divulguer n’importe où

Le RIB est un document sensible, puisqu’il contient tes données bancaires. Il faut donc le transmettre uniquement à des personnes ou entités qui ont un motif légitime à l’utiliser, c’est-à-dire ceux qui peuvent te payer par virement ou au contraire ceux qui vont opérer des prélèvements par ton compte.

Il ne faut donc jamais rendre ton RIB visible à des tiers qui n’ont pas de raison de connaître : il ne faut par exemple pas le mettre sur son site internet, ni transmettre de RIB par des canaux non sécurisés où il pourrait être intercepté. Il ne faut jamais donner un RIB papier au hasard, mais seulement le remettre directement à la personne ou à l’organisme concerné ou l’envoyer dans un courrier scellé.

De même, si l’on saisit soi-même les informations de son RIB sur un site internet (ce qui est de plus en plus fréquemment demandé), il faut s’assurer que l’on a bien affaire à un site authentique : il faut vérifier que l’on est bien en connexion sécurisée (ce qui se manifeste par une adresse en « https », le s signifiant Sécurisé, et un petit cadenas) et que l’on est bien sur le bon site (en vérifiant attentivement l’adresse, qui doit être exactement celle de l’organisme concerné).

Les informations bancaires sont des informations souvent visées par les indélicats. Il faut donc se méfier des tentatives de phishing ou hameçonnage : si tu reçois un courriel te demandant par exemple de renseigner tes coordonnées bancaires pour un remboursement de trop perçu d’impôts, cela a toutes les chances d’être une arnaque. Les réflexes à adopter sont simples : il ne faut pas cliquer sur un courriel suspect (par exemple avec des fautes d’orthographe), réfléchir avant de donner des informations sensibles et préférer aller directement sur le site concerné depuis ses favoris que depuis le lien fourni dans le courriel.

Donner son RIB pour être payé

Les premiers organismes à qui donner ton RIB sont ceux qui vont te donner de l’argent. Par exemple dès que tu signes un contrat de travail, ton employeur va te demander ton RIB pour te verser ton salaire à la fin du mois (ou au début du mois suivant s’il est un peu à la bourre).

De même de nombreux sites internet proposant de gagner un peu d’argent par diverses tâches (en vendant des photos, etc.) vont payer par virement et demander pour cela de renseigner les informations relatives au RIB.

Enfin, si tu es le bailleur d’un logement, tu peux proposer à ton locataire de payer par virement et lui donner ton RIB à cette fin – tu ne peux en revanche l’imposer (de même que si tu es locataire on ne peut légalement te l’imposer).

Demander un RIB pour payer

Le chèque reste un moyen commode et gratuit pour payer n’importe qui en France… mais pas en Europe : si tu réalises un achat conséquent dans un autre pays européen, qui dépasse le plafond de ta carte bancaire, tu peux le payer par virement. Il te faudra dans ce cas là demander le RIB de la personne ou l’organisme que tu veux régler, et procéder au virement depuis ton compte bancaire (c’est plus ou moins facile suivant les établissements bancaires).

Attention cependant avant de procéder à tels paiements à être certain de la fiabilité et de l’honnêteté de celui que tu veux payer : il sera très difficile de te faire rembourser si c’est finalement un margoulin qui a profité de ta crédulité…